Colocation Seniors

Structure(s) qui porte(nt) l'initiative
Colocation Seniors
Secteur
action sociale et insertion
Réponse à la problématique :
se loger
Date de création
Mai 2008
Adresse
3 Rue Eugène Thomas, 44300 Nantes, France
Résumé

Les étudiants ne sont pas les seuls à s’être inspirés du film L’Auberge espagnole, aujourd’hui de nombreux seniors pensent à la colocation.

Ils sont en bonne santé, mais ont peur de vieillir seuls. C’est à partir de ce constat qu’est née Colocation seniors, à Saint-Herblain, près de Nantes. Afin d’éviter que le scénario de l’été 2003 ne se reproduise, l’association a voulu créer une alternative aux maisons de retraite en proposant aux seniors de partager un logement. Une solution idéale pour les personnes autonomes ou semi-autonomes qui essaient de fuir les loyers chers, les charges élevées et la solitude.

L’association se charge de mettre en relation les personnes souhaitant trouver un colocataire « Il s’agit de mettre en contact des personnes qui ont des affinités et d’éviter ainsi les conflits au sein de la colocation », explique Jocya Almor, présidente de l’association. Ensuite, les travailleurs sociaux évaluent les besoins de chacun et organisent un suivi individuel. Tous les quinze jours, un membre du réseau vient les voir à leur domicile et veille au bien être de chacun.

 Vivre vieux, vivre mieux

Colocation seniors s’occupe de chercher l’appartement en fonction des besoins du groupe dans le parc privé ou public. Chacun pourra apporter sa petite touche personnelle en participant à la décoration du domicile. Autre solution, le ou la retraité(e) peut proposer son logement à la colocation. Le colocataire n’aura donc que les charges à payer à la fin du mois.

Description de l'initiative

Votre structure et votre projet 

 

1. Votre initiative répond à quel besoin social ? Décrivez en deux lignes

Lutte contre la solitude et l’isolement des personnes âgées en proposant un partage de logement, ou chaque personne à son espace d’intimité. Le but étant de maintenir le plus longtemps possible les personnes à leur domicile.

Notre initiative répond également à un besoin économique et un besoin de lien social. Nous favorisons l’échange entre tous nos colocataires, il y a une vraie vie associative au sein de Colocation Sénior. Il ne s’agit pas que de partager un logement, il y a aussi un partage des activités ; promenades, ateliers…    

 

2. Votre entreprise s'est-elle engagée dans des objectifs de lucrativité limitée afin de réinvestir dans le projet ?

Oui, de par nos statuts nous sommes une association de loi 1901 à but non lucratif.  

 

3. Quel est le modèle économique ?

Chaque colocataire devient adhérent de notre association. Le montant des adhésions varie, il y a un barème des prix en fonction des moyens de chacun.  

 

4. Le projet est-il viable à 3 ans ? Comment ?

Oui, le projet est déjà viable. Il y a un très gros travail de réseaux, de communication, de relais de communication grâce aux médias (radio, TV, presse) et cela sur tout le territoire national. Nous avons d’ailleurs été valorisés dans le 17ème rapport au haut comité de logement (rapport de l’Etat).  

 

Impact sur le développement économique du territoire

 

5. Combien de création d'emplois ou de valeur ajoutée ce projet va-t-il apporter à 3 ans ?

Notre valeur ajoutée est notre agrément qualité. Nous proposons des services à la personne en mettant à disposition des auxiliaires de vie (pour les colocataires dans le besoin). Ce service permet de prolonger le maintien des personnes à domicile et de faciliter la colocation qui pourrait devenir compliquée si un des colocataires devenait dépendant. Il s’agit là de notre vraie valeur ajoutée, nous ne sommes pas uniquement des « chercheurs de colocations » nous apportons aussi un suivi complet pour chacune de nos colocations  (de l’acquisition d’une coloc à la vie en coloc).   

 

Implication des acteurs concernés dans la construction du projet

 

6. Comment avez-vous impliqué les acteurs concernés dans l'élaboration du projet, à savoir (Bénéficiaires, acteurs publics et acteurs privés) ?

Concernant les bénéficiaires, Ils participent à la construction de leur colocation :

-          Un questionnaire leur est donné afin de déterminer leur centre d’intérêt, leur projet de vie et le profil de colocataire qu’ils cherchent ou qu’ils ne veulent surtout pas…

-           Participation à des réunions, ce sont eux qui choisissent les colocataires.

On peut ensuite proposer un essai de colocation pour conforter les colocataires dans leur choix et savoir si l’on pousse un peu plus loin la colocation en la rendant effective.

Concernant les acteurs publics et privés :

-          Un partenariat mis en place avec différentes Mairies pour les logements HLM, acteurs sociaux qu’on implique dans la recherche de ces logements. 

-          Implication des acteurs publics et privés de par notre projet associatif et notre concept novateur (Colocation Sénior, précurseur en France).

Affiliation avec ORTAN par exemple, pour proposer à nos adhérents des activités, des ateliers... ORTAN qui touche le même public que le nôtre.  

 

Diriez-vous que « Colocation Sénior  » est une idée qui marche ?

 

7. Si oui, sur quels indicateurs appuyez-vous votre point de vue ?

                  Résultat d’activité par rapport aux objectifs
                  Résultats d’exploitation
                  Notoriété et e-réputation

Oui, c’est une idée qui marche.

Nous avons beaucoup de demandes, les personnes sont intéressées, la recherche du maintien à domicile est une préoccupation majeure pour les séniors. Il s’agit d’une bonne réponse, d’une part sur le plan économique et d’autre part sur le plan humain, les personnes âgées étant souvent en situation d’isolement. A ce jour il y a une quinzaine de colocations sur Nantes et son agglomération.  

Pour favoriser la bonne entente entre les colocataires, une charte de colocation a été mise en place, elle permet de régir la colocation avec des règles à respecter. Cette charte s’adaptable en fonction des différentes colocations, avec une trame fixe « de bon sens » et une partie ou l’on peut ajouter des variables.

Nous avons atteint une notoriété nationale, notre projet plait et, est d’actualité. 

 

Financement

 

8. Comment avez-vous financé votre projet ?

                  Autofinancement, Emprunts,
                  Augmentation de capital
                  Dons, crowdfunding
                  Aides collectivités publiques

Nantes métropole, fondation de France, AG2R, Mairie de Nantes et d’autres encore…    

 

9. Etait-ce suffisant ?

Oui, cela a permis d’obtenir un emploi tremplin.  

 

Culture de l’innovation

 

10. Comment est née l’innovation ?

                  Idée collective
                  Idée individuelle

Il s’agit au départ d’une histoire individuelle, notre présidente de l’association connaissait une personne âgée et handicapée, qui ne voulait pas quitter son domicile. La solution proposée a été qu’une colocataire vive avec elle, à son domicile afin qu’elle puisse rester chez elle. Fort de ce constat de réussite, l’association a été créée sur cet objet : permettre le maintien à domicile des personnes.

Suite à cette volonté une étude de marché a été réalisée. Le constat a été qu’il n’existait aucun organisme qui proposait ce type de service en France. Nous avons réalisé un déplacement en Belgique, où ce service existait (depuis 1980) et nous avons rencontré l’organisme Andromède à côté de Bruxelles. Cette rencontre nous a confortés dans le choix de proposer cela en France.   

 

11. Avez-vous eu besoin de nouvelles compétences pour la mettre en place ?

Si oui, lesquelles ?

Oui, sur l’aspect des logements HLM souvent délai très long, alors que certaines personnes sont dans l’urgence. Nous nous sommes donc décidés à avoir un Agrément intermédiation locative pour que l’association puisse avoir des logements en son nom afin d’être plus réactif. Compétence pour trouver cette solution. 

 

12. Avez-vous engagé des formations auprès des salariés ?

Si oui, lesquelles ?

Oui au niveau des auxiliaires de vie, pour les sensibiliser sur le vieillissement.  

 

13. Quelles pratiques de management ont favorisé l’innovation ?

Pour les Bénéficiaire : Proche des bénéficiaire, mise en place d’un suivi le plus complet possible, adaptation en fonction des personnes, nous essayons de faire du sur mesure.

Pour les membres organisateurs, nous sommes dans des pratique de management participatif, chaque personne est intégrée dans toutes les phases du projet, avec des suivis réguliers, il s’agit d’un travail d’équipe.  

 

14. Comment ont-elles été mises en place ?

Ces pratiques sont validées par le Conseil d’Administration et la présidente. Mais aussi celles-ci se sont mises naturellement de par nos valeurs, de par notre philosophie tournée vers l’aide aux personnes, la bienveillance et la bientraitance et de plus, nous avons tous travaillé dans le social.   

 

Pratiques de gestion

 

15. Diriez-vous que « Colocation Sénior  » dispose d’une gestion adaptée ?

Si oui laquelle ?

Oui. Nous avons un expert-comptable. Mise en place d’outils pour les paiements entre colocataires durant les premiers mois ou plus, pour lever les craintes du départ, nous agissons en tant que tiers de confiance.   

 

16. Sur quels outils clés s’appuie la gestion de « Colocation Sénior   » ?

Outils Pack Office.  

 

17. Disposez-vous d’une comptabilité analytique ?

Oui.  

 

18. Quelle est la part (% des charges de fonctionnement et des investissements) investie dans la R&D ?

Pas quantifiable, mais nous avons eu une phase de recherche importante pour aboutir à la démarche de l’agrément intermédiation locative.   

 

Et demain

 

19. Pensez-vous avoir tous les moyens pour que votre innovation change d’échelle ?

Nous avons commencé, puisqu’aujourd’hui nous avons élargie notre champ d’actions, nous proposons ce service aux jeunes et aux mères monoparentales par exemple toujours sur le même principe et sur une souplesse au niveau social.   

 

Si non, quels sont vos besoins ?

-          Un besoin de prise en charge par l’Etat comme il y a dans les structures de maisons de retraite par exemple.  

-          L’obtention de notre agrément qui est en cours.

Créer un plus gros partenariat avec la mairie (mise en place d’un numéro vert par exemple), cette proximité avec les mairies permettrait de faciliter l’accès à notre service par une meilleur visibilité.  

Nom d'utilisateur du créateur de cette fiche
Dams